L’hypnose la méditation et le cerveau (partie 1)

La méditation et les états hypnotiques produisent des effets biologiques spécifiques et mesurables en modifiant notre état de conscience. 

L’IRM fonctionnelle a significativement permis d’observer des voies cérébrales différentes pour les deux exercices. 

Ces états peuvent même modifier nos cellules et même notre ADN !

 

Hypnose méditation et recherches 

 

La recherche la médecine et la recherche en médecine reposent sur des preuves scientifiques. 

Mener des recherches qualitatives qui peuvent mesurer la santé mentale est tout aussi important que d’obtenir des mesures de l’état physique. 

Mais financer ce genre de recherche qui n’est pas soutenu par l’industrie pharmaceutique est très difficile ! 

L’hypnose et la méditation sont des expériences personnelles et subjectives, très éloignées des normes de recherche fondées sur des preuves, observation et des variables expérimentales bien  délimitées. 

Cependant, une centaine d’articles scientifiques sur ces sujets sont publiés chaque mois. Cette passion scientifique des quinze dernières années porte aujourd’hui ses fruits : il est désormais prouvé que modifier notre état de conscience par la méditation ou l’hypnose produit de nombreux changements biologiques, que ce soit au niveau cérébral, cellulaire ou de l’ADN !

 

Une chose est désormais irréfutable : le corps et l’esprit sont indissociables ! Des études en cours, notamment menées grâce aux nouvelles techniques d’imagerie, pourraient même révéler pour quels problèmes les deux approches sont efficaces.

 

Les effets mesurables de l’hypnose sur le cerveau

 

Contrairement aux états de veille ou de sommeil, l’état hypnotique, également connu sous le nom d’état de transe, est un état distinct de conscience altérée. La première étape consiste en la phase d’induction, la « dépotentialisation » de la conscience, au cours de laquelle l’activité mentale du « conscient » est réduite au profit d’une automatisation dite « inconsciente ». Cette réduction de l’activité rationnelle a été mesurée dans le cortex préfrontal… mais ce n’est pas tout !

 

Pendant l’hypnose, un tout autre ensemble de régions cérébrales est activé : la région occipitale associée à la vision, la région pariétale associée à la sensation et la région précentrale associée au mouvement ! 

C’est comme si une personne hypnotisée voyait vraiment le souvenir, était émue et le ressentait comme si elle vivait l’instant !

 Par conséquent, cette impression est parfois définie comme “étrange”, c’est-à-dire qu’une personne a le sentiment de vivre réellement une nouvelle situation ou un nouveau souvenir. C’est ici que réside la spécificité de l’hypnose en tant qu’état modifié de conscience : elle accroît notre intérêt pour l’expérimentation. Et, loin d’être dans un état de sommeil passif comme on pourrait l’imaginer, la conscience partielle est normale ! C’est ce que les hypnotiseurs appellent “l’auto-observation”… mais ce n’est pas le sujet de cet article !

 

Effets neurologiques de l’hypnose

 

Une étude publiée en 2016 par des chercheurs américains a montré que 3 changements majeurs dans le cerveau se produisaient grâce à l’IRM fonctionnelle : 

 

La diminution de l’activité dans le cortex cingulaire antérieur dorsal qui selon Steven Laureys, serait “au moment de perdre contact avec le monde extérieur, une bulle s’est formée et la porte s’est ouverte à cette suggestion”.

 

La connexion accrue aux structures qui jouent un rôle important dans le contrôle physique ou les processus émotionnels, empathiques et temporels. “En fait, on s’est rendu compte que l’attention sous hypnose est intensément focalisée sur les sensations internes”, commente Steven Laureys

 

Et des connexions réduites entre les réseaux de contrôle exécutif. C’est peut-être la caractéristique la plus inhérente à l’hypnose, et elle est assez différente des autres états de conscience altérée, comme la méditation : désengagement de soi et de ses propres pensées et actions, perte de l’esprit critique et, dans certains cas, même perte de mémoire.

5 astuces pour arrêter de fumer

Lorsque vous essayez d’arrêter de fumer, vous pensez peut-être que chaque envie qui survient sera très douloureuse et que vous souffrirez tout le temps de cet horrible sentiment de sevrage. Ou vous avez peut-être arrêté de fumer et avez du mal à résister aux envies. Eh bien, sachez qu’il existe des moyens de passer la dépendance et de rendre l’arrêt plus facile et moins douloureux. Lorsque vous arrêtez de fumer, il est difficile de résister à l’envie et, avec le temps, l’envie peut affaiblir votre volonté d’arrêter de fumer et vous faire craquer. Si vous connaissez les trucs et astuces pour surmonter les fringales, vous serez mieux préparé et vos chances de succès augmenteront considérablement. Cet article décrit 4 conseils pour arrêter de fumer.

En effets, Continuer la lecture de « 5 astuces pour arrêter de fumer »